Face a toutes les violences gynecologiques, une charte rappelle les bonnes confortables

Depuis la mise en examen Afin de viol sur mineur du chef du service de gynecologie de l’hopital Tenon, a Paris, la parole se libere autour des maltraitances gyneco-obstetricales. Une charte de bonnes confortables est publiee par nos experts, jeudi 21 octobre.

Lecture en 2 min.

Face aux violences gynecologiques, une charte rappelle les bonnes confortables

Pour empi?cher les violences gynecologiques, une charte de bonnes pratiques reste publiee via des specialises, jeudi 21 octobre.

« Notre consultation en gynecologie ou en obstetrique n’est gui?re une consultation tel les autres puisqu’elle touche a l’intimite des patientes. » C’est via ces mots que commence la charte de bonnes confortables rendue publique, jeudi 21 octobre, avec le College national des gynecologues et obstetriciens francais (CNGOF).

Publie dans un contexte de liberation une parole autour des maltraitances medicales, le texte a un objectif : retablir J’ai confiance entre les patientes et leurs medecins, bouleversee ces dernieres semaines par des affaires de violences sexuelles impliquant des praticiens, dont le chef du service de gynecologie de l’hopital parisien Tenon, foutu en examen pour viol sur mineur.

« Nous avons entendu l’inquietude. Celle des femmes, puis celles des professionnels, explique Joelle Belaisch Allart, presidente du Cngof. Dans un grosse majorite, des collegues appliquaient deja ces regles non ecrites. Mais elles vont desormais pouvoir etre affichee en bureaux et les salles d’attente, et devenir accessibles a tous. »

L’importance du consentement

En 12 points, la charte rappelle plusieurs grands principes, comme la necessite qu’une consultation soit menee dans « la bienveillance et le respect » ou l’importance Afin de une patiente de pouvoir se devetir « a l’abri des regards ». « Nous voulons insister egalement sur claque que l’examen clinique ne doit gui?re etre systematique », ajoute la presidente de CNGOF.